Des difficultés pour apprendre ? 5 conseils pour mieux retenir ses cours

0
316

Vous avez beau passer du temps sur vos cours, rien à faire, vous n’arrivez pas à les retenir. Faute de méthode, de concentration ou peut-être aussi parce que vous ne les comprenez pas bien. Est-ce peine perdue ? Loin de là ! Voici une méthode basée sur 5 principes qui pourrait bien vous aider à reprendre pied.

Des techniques pour mieux mémoriser, ça existe. Mais attention, « retenir par cœur un cours ne suffit pas », insiste Hélène Weber. Cette psycho-sociologue qui, quand elle ne fait pas cours à des étudiants en école d’ingénieurs, explique à vos enseignants comment vous motiver. C’est dire si elle s’y connaît !

#1. Bien comprendre

« Pour bien apprendre, il faut d’abord que vous compreniez ce que vous apprenez. Mais il faut aussi que vous sachiez quels sont les objectifs visés par votre professeur. Autrement dit, il faut que les leçons aient du sens pour vous. Ce n’est qu’après cela, que vous pourrez vous saisir des “trucs” pour mémoriser mieux, et plus vite.

Alors, si vous ne voyez pas l’intérêt d’une leçon ou ce qu’il faut en retenir, allez voir votre enseignant et posez-lui la question. Il est fort probable qu’il ait commencé son cours en en précisant les intentions. Mais si tel n’est pas le cas ou si vous ne les avez pas comprises, n’hésitez surtout pas à demander des éclaircissements. Non seulement, cela montrera que vous vous intéressez au cours mais également que vous faites preuve de maturité.

#2. Trouver sa place

Pour apprendre, il faut aussi que vous ayez trouvé votre place au sein de l’établissement. Cela suppose que vous soyez bien dans votre corps, que vous ayez des copains, de bonnes relations avec les profs mais aussi que vous sachiez pourquoi vous allez au collège le matin. Ce peut être simplement pour avoir de bonnes notes, pour passer dans la classe supérieure ou encore parce que vous avez envie de faire des études précises. Au final, peu importe la motivation, petite ou grande, ce qu’il faut c’est en avoir.

Mais, si vous ne vous sentez pas bien au collège, surtout dites-le ! À un adulte de l’établissement (CPE, assistant d’éducation, prof, infirmière…) ou à l’extérieur (parents, grands-parents, médecin…), dans tous les cas, à quelqu’un en qui vous avez confiance. Charge à cette personne ensuite de vous aider. Il ne faut pas que vous restiez isolé. Ce n’est pas facile de confier ses difficultés mais il faut le faire, si non vous ne pourrez pas rentrer dans les apprentissages. Aller au collège ne doit pas être une souffrance.

#3. Croire en ses capacités

Pour apprendre, il faut que vous croyiez un minimum en vous, en vos capacités. Vous en avez forcément. Pour vous en convaincre, il suffit que vous soyez attentif à ce que vous faites bien plutôt que de vous focaliser sur ce que vous ratez. L’exercice n’est pas aussi simple qu’il y paraît car dans vos copies ce sont le plus souvent les erreurs qui sont pointées.

Quand vous apprenez une leçon ou révisez un contrôle de maths, fixez-vous des objectifs d’abord modestes puis de plus en plus ambitieux. C’est comme pour gravir une montagne. D’en bas, l’effort peut sembler insurmontable mais si vous raisonnez en étapes, alors tout devient possible. En cours, c’est la même chose. Si c’est l’orthographe qui vous pose problème par exemple, dans un premier temps, fixez-vous comme but de ne plus vous tromper entre « et » et « est » ou entre « a » et « à ». Une fois que vous aurez réglé cette question et constaté que vous y arrivez parfaitement bien, vous pourrez passer à un point plus difficile.

Il n’y a pas d’apprentissage sans un minimum de confiance en soi.

#4. Les cartes mémoires

Il existe des techniques pour mémoriser comme la carte mentale qui aide à comprendre et donc apprendre des leçons. Ou bien encore, les cartes mémoires (“flash card”). Ces dernières sont particulièrement bien adaptées pour mémoriser des mots-clés, du vocabulaire, des verbes irréguliers…

Le principe est simple : vous prenez une feuille que vous coupez en huit. Sur chaque petite carte vous notez une information au recto et une information associée au verso (cela peut être “arbre” au recto et “tree” au verso / Un théorème de maths au recto, sa formule au verso). Vous prenez autant de cartes que vous voulez. Une fois que vous avez terminé, vous relisez chaque carte. Dans un deuxième temps, vous ne le relisez que le recto et tentez de vous souvenir du verso. Vous renouvelez cette opération deux fois, puis vous recommencez le lendemain et de façon régulière.

Avantage de cette méthode : elle est plutôt amusante. Et le fait d’écrire les mots-clés vous oblige à sélectionner les informations importantes du cours. En les écrivant, vous les mémorisez. Autre avantage, jouer plusieurs fois permet de réactiver votre mémoire. Or, pas de mémorisation sans réactivation (répétitions) à fréquence régulière. Si vous apprenez en une seule fois votre leçon, vous vous en souviendrez peut-être pour le contrôle mais guère au-delà !

#5. Répondre à 5 questions

Avant de commencer à apprendre votre leçon, posez-vous cinq questions. Si vous parvenez à y répondre, c’est que vous avez compris !

Exemple avec le théorème de Pythagore :

– C’est quoi ? : définition.
– À quoi ça sert ? : cela permet de répondre à un problème.
– Comment ? : règles d’utilisation.
– Avec quoi ? : lien avec les autres parties du programme.
– Pourquoi ? : d’où vient le théorème de Pytaghore ?
– Qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné on l’a inventé ?

PARTAGER

Laisser une réponse