Présentation

L’Angola continue de reconstruire son pays depuis la fin d’une guerre civile de 27 ans en 2002. Les combats entre le Mouvement Populaire pour la Libération de l’Angola (MPLA), dirigé par José Eduardo DOS SANTOS, et l’Union Nationale pour l’Indépendance Totale de l’Angola (UNITA), dirigée par Jonas SAVIMBI, a succédé à l’indépendance du Portugal en 1975. La paix semblait imminente en 1992, lorsque l’Angola a tenu des élections nationales, mais les combats ont repris en 1993. Jusqu’à 1,5 millions de vies ont pu être perdues et 4 millions de personnes déplacées – pendant plus d’un quart de siècle de combats. Le décès de SAVIMBI en 2002 a mis fin à l’insurrection de l’UNITA et cimenté l’emprise du MPLA sur le pouvoir. Le président DOS SANTOS a adopté une nouvelle constitution en 2010 et les élections de 2012 l’ont vu s’installer comme président. L’Angola a pris un siège non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU pour la période 2015-16.L’économie angolaise est fortement influencée par son secteur pétrolier. La production de pétrole et ses activités de soutien représentent environ 50% du PIB, plus de 70% des recettes publiques et plus de 90% des exportations du pays. Les diamants contribuent à hauteur de 5%
L’augmentation de la production pétrolière a soutenu une croissance moyenne de plus de 17% par an de 2004 à 2008. Un boom de reconstruction de l’après-guerre et la réinstallation des personnes déplacées ont entraîné des taux élevés de croissance dans la construction et l’agriculture. Certains des pays ‘
La récession mondiale qui a commencé en 2008 a bloqué la croissance économique. En particulier, la baisse des prix du pétrole et des diamants pendant la récession mondiale a ralenti la croissance du PIB à 2,4% en 2009 et de nombreux projets de construction ont cessé parce que Luanda a accumulé 9 milliards de dollars
La baisse des prix du pétrole et la croissance plus lente que prévu du PIB hors pétrole ont réduit les perspectives de croissance. L’Angola a réagi en réduisant les subventions publiques et en proposant des quotas d’importation et un régime de licences plus restrictif. Corruption, surtout dans l’ex

Laisser une réponse