Conducteur de métro / Conductrice de métro

0
1019

Seul dans sa cabine, le conducteur de métro conduit sa rame de passagers dans les meilleures conditions de confort, de régularité et de sécurité.
fonctions:
À bord de son train ou de sa rame, le conducteur de métro est responsable du bon déroulement du trajet. Il conduit sa rame en commande manuelle ou avec l’assistance du pilotage automatique.

Ses activités de conduite sont multiples :
– prise en charge du train,
– respect strict de la signalisation,
– surveillance de la voie,
– contrôle de la montée et de la descente des passagers en station, commande de l’ouverture et de la fermeture des portes,
– garage de son train.

La gestion des situations perturbées est aussi de son ressort :
– respect des consignes de sécurité,
– communication avec le PCC (poste de commandement centralisé) sur l’évolution de l’incident,
– information et sécurisation des passagers lors du déclenchement d’un frein de secours (alarme).

Le conducteur de métro a des aptitudes techniques et relationnelles associées à un sang-froid indispensable pour faire face rapidement à toutes situations imprévues.

Il doit pouvoir s’adapter à un travail dans un espace réduit. Les horaires de travail se font en services par roulement sur une plage horaire (matin ou après-midi ou nuit) de 5 h à 1h 30.

Le conducteur de métro travaille essentiellement pour la RATP (Régie autonome des transports parisiens). La RTM (régie des transports marseillais) qui exploite 2 lignes de métros emploie quant à elle une centaine de conducteurs de métro A savoir : la tendance est à l’automatisation des lignes comme en région.
A noter : avoir un moyen de transport personnel est vivement conseillé (après un service de nuit par exemple).
Formation :
Pour devenir conducteur de métro, aucun diplôme n’est officiellement nécessaire. Cependant un CAP ou un bac pro du domaine mécanique, électrotechnique, transport est fortement conseillé.

L’embauche se fait à l’issue d’étapes sélectives :
– 21 ans minimum, entretien,
– tests psychotechniques
– visite médicale (vue, audition, réflexes…).
– formation en alternance rémunérée de 12 semaines,
– réussite aux épreuves de contrôle continu.