commissaire priseur

0
905
commissaire priseur.students.ma
commissaire priseur.students.ma

Une fois, deux fois, trois fois… adjugé, vendu ! Avant de prononcer cette célèbre formule, le commissaire-priseur inventorie les objets qui lui sont soumis, organise les ventes et dirige les enchères.
Fonctions :
Inventorier et expertiser Le commissaire-priseur procède à l’inventaire de la prise, c’est-à-dire de tous les biens qui lui sont soumis par décision de justice (liquidation, succession…) ou par un particulier : mobilier, tableaux de maître, objets d’art, argenterie… Il consigne leur provenance, date l’époque de leur fabrication, inscrit le nom de l’artisan, du peintre ou du joaillier, s’il est connu. Il estime ensuite la valeur de ces objets pour fixer leur prix de départ lors de la vente.
Organiser des ventes L’organisation d’une vente commence par la constitution d’un réseau, en démarchant des acheteurs potentiels. C’est pendant cette phase que le commissaire-priseur réalise le catalogue. Celui-ci présente les références artistiques et physiques des objets mis à la vente, leur époque et leurs dimensions. Les ventes peuvent être à thèmes (mobilier, voitures, bijoux…). Le commissaire-priseur peut également faire de la publicité dans la presse spécialisée ou régionale.
Faire monter les enchères Les enchères représentent l’aboutissement du travail du commissaire-priseur et révèlent tout son talent. Il y démontre sa capacité à se constituer un stock intéressant et une bonne clientèle, son habileté à présenter les objets, sa faculté à faire monter les enchères…
Profil :
Connaître les arts Il est impossible d’exercer ce métier sans une excellente culture et des connaissances approfondies en art : il ne s’agit pas d’approfondir une spécialité, mais d’être un très bon généraliste. Passionné par l’objet et son histoire, le commissaire-priseur doit pouvoir facilement identifier, dater un objet et ne faire appel à un expert spécialisé qu’en cas de doute.
Maîtriser le droit Sa formation juridique lui permet de bien connaître le marché de l’art, sa réglementation, son évolution… Il a des compétences en droit civil, commercial, notarial ou encore européen. Il doit aussi acquérir une pratique des estimations et prisées, des inventaires, des expertises et des partages.
Mettre en valeur Le commissaire-priseur doit avoir un sens certain de la mise en scène des œuvres, objets, ou pièces de mobiliers présentés sur catalogue ou en salle des ventes, afin d’en tirer le meilleur prix. Il les met en valeur afin de susciter de l’intérêt chez les acheteurs potentiels. À la fois expert, psychologue et acteur, il sait les convaincre et les séduire. La lecture régulière de « La Gazette de l’hôtel Drouot » lui permet de suivre le marché de l’art, en constante évolution.